16 décembre 2017

Amédée Boudin : Qui sera Président ?

Ah que coucou !

Je suis tombée dessus par le plus grand des hasards... le titre (nous étions à cette époque-là avant les élections pour le 1er tour des Présidentielles 2017) m'avait amusé et le mot "satyre" m'a encouragé à lire ce texte, écrit par quelqu'un dont je n'avais jamais entendu parler...

1848...

Vous souvenez-vous de ce qu'il s'est passé à cette époque-là, du point de vue "politique" et non du point de vue "émeute / violence"... et bien c'est en 1848 qu'a été élu, pour la première fois en France, le Président de la République au suffrage universel !

Comme cela se fait de nos jours : plusieurs candidats étaient en lice... et dans le texte suivant Amédée Boudin nous commente / résume succinctement le programme de chacun :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Donc, en lice, se trouvent les personnes suivantes (dans l'ordre où Amédée Boudin les a placées) - si vous souhaitez savoir s'ils ont gagné ou non, cliquez sur le patronyme :

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

14 décembre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : La Vie littéraire en Californie, 1964

Ah que coucou !

En tant que poète Richard Brautigan nous narre ici ce à quoi il doit faire face parfois (même de la part de ses amis proches)...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

12 décembre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Comment un voleur se trahit

Ah que coucou !

Comment parvient-on à attraper des voleurs ? souvent parce qu'ils ont fait une erreur qui permet de connaître leur identité ou parce qu'ils n'ont pas de chance... dans cette histoire, le voleur fait partie de la seconde catégorie, car, c'est vraiment manqué de bol que d'être pris d'une crise d'éternuement alors que le propriétaire des objets qu'on est entrain de subtiliser se trouve proche de notre cachette ;)... eh oui... tous les voleurs ne parviennent pas à profiter des biens des autres, et c'est une chance ;) !

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langues : Français et Russe
Nota :
La version originale se trouve à la suite de sa traduction.

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

10 décembre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : La Voiture blindée

Ah que coucou !

Comment réagiriez-vous si, de bon matin, votre téléphone sonnait et qu'un inconnu vous pose la question suivante : "Qui est l'inventeur du revolver ?"

Richard Brautigan, lui, a répondu et parce qu'il a fourni la bonne réponse, en échange de son adresse postale, on lui a promis de lui expédier un stylo à encre verte... mais ce stylo, il ne l'a jamais reçu et se remémore que la seule et unique chose qu'il ait gagnée est :

une voiture blindée !

Comment ? Eh bien, et si vous lisiez ces quelques lignes pour le savoir ;) ?

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français
Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

8 décembre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Les 3 Voleurs

Ah que coucou !

Il y a des jours où il est préférable qu'on resta couché... c'est ce qu'a dû penser ce moujik, héros malheureux de l'histoire suivante, après avoir rencontré, et cela dans la même journée, 3 voleurs à la suite qui, chacun, lui prit un de ses biens : son bouc, son âne, ses vêtements...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langues : Français et Russe

Nota :
La version originale se trouve à la suite de sa traduction.

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

6 décembre 2017

Georges Chaulet [Fantômette] : Fantômette et son Prince

Ah que coucou !

Pedro Olivo est le chef de la police d'un pays d'Amérique central appelé : Panorama. Système politique de ce pays : Monarchie, actuellement dirigé par un régent (le tenant au titre n'ayant pas 12 ans encore : âge légal pour qu'il puisse prendre son titre de roi et assumer son rôle) : le Président Moscatel.
Pedro Olivo a réussi à ce que le journaliste "Œil de Lynx" lui communique les coordonnées de Fantômette... qui, étonnée, a accepté de le recevoir et de l'écouter... oui, Pedro Olivo a une demande assez étrange à faire à Fantômette... il lui demande de l'aider à assurer la sécurité du prince car il soupçonne un complot pour le tuer. Après quelques réticences, Fantômette accepte de se rendre au Panorama, sous couverture d'une assistante linguiste (pour aider le prince à faire des progrès en français). Elle rencontre le prince ; ils sympathisent et, dès la première nuit, le prince est enlevé / passé pour mort et c'est Fantômette que Pedro Olivo accuse du meurtre !

Fantômette va-t-elle réussir à prouver son innocence ?
Et bien nos têtes blondes auront la réponse en lisant le livre que leurs parents accepteront de leur fournir parce qu'ils auront lu les premières pages de la dite-aventure qui se trouvent au-dessous de ma signature ;)...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab














4 décembre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : La Vente aux enchères

Ah que coucou !

Texte trop court pour le proposer au format pdf. Vous le trouvez alors sous ma signature.

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

 

C’était une vente aux enchères comme il y en a dans cette région pluvieuse du nord-ouest du Pacifique, avec des gosses qui vous courent entre les jambes et touchent à tout, des paysannes qui jettent leur dévolu sur des lots de vieux pots à fruits, des robes d’occasion, et peut-être quelques meubles pour la maison, tandis que les hommes s’intéressent aux selles, au matériel de ferme et au cheptel.
La vente aux enchères se tenait un samedi après-midi dans une espèce de vieux bâtiment qui ressemblait à une grange-entrepôt, et baignait dans une atmosphère de fin de fête. Il y avait dans l’odeur qui y flottait toute l’histoire de l’Amérique.
Le commissaire-priseur vendait les choses si vite qu’il était possible d’acheter des trucs qui ne seraient pas en vente l’année prochaine. Il avait de fausses dents qu’on entendait cliqueter comme des sauterelles bondissant entre les mâchoires d’un squelette.
A chaque fois qu’un lot de vieux jouets était annoncé, les gosses enquiquinaient leurs parents jusqu’à ce qu’on soit obligé de les menacer du martinet pour qu’ils se taisent : « Fiche-moi la paix ou tu auras les fesses si rouges que tu ne pourras pas t’asseoir de huit jours ! »
Il y avait toujours des vaches et des moutons, des chevaux et des lapins, qui attendaient de nouveaux propriétaires, ou un fermier qui, tout en se mouchant, considérait des poulets d’un air sombre.
C’était chouette les après-midi d’hiver quand il pleuvait, car la salle de ventes était couverte en tôle et une merveilleuse intimité mouillée enveloppait alors toute chose.
Une très vieille boîte, faite de verre poussiéreux et de longues baguettes de bois jaune comme les moustaches d’un pionnier, contenait des lots de bonbons si vieux qu’ils n’avaient plus aucun goût. Le lot coûtait cinquante cents et les bonbons étaient vraiment très vieux ; mais pour une raison que seul un gosse peut comprendre, j’aimais les mâchonner. Donc, je me débrouillais pour trouver vingt-cinq cents, cherchais un associé, et je finissais par avoir ma douzaine de vieux bonbons. C’était en 1947.

2 décembre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Le plus bel Héritage

Ah que coucou !

Dans cette fable Tolstoï nous narre une vérité encore d'actualité aujourd'hui, à savoir que ceux qui pensent leur avenir assuré travaillent moins et apprennent moins que ceux qui estiment devoir se battre pour avoir leur place au soleil... et donc pendant que le premier dilapide rapidement la fortune accumulée par ses prédécesseurs, le 2nd acquiert sa propre fortune grâce à son travail et à ses qualités qu'il a appris à développer...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langues : Français et Russe

Nota :
La version originale se trouve à la suite de sa traduction.

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

30 novembre 2017

René Barjavel : Le Grand Secret

Ah que coucou !

Aujourd'hui René Barjavel nous propose de tirer au clair certains faits de son actualité qui sont restés, aujourd'hui encore, mystérieux ;) mdrrr !
Bon, comme vous vous en doutez, et comme il a averti les lecteurs lors de son interview qu'il a faite le 16 avril 1973 dont vous pouvez en voir la vidéo ci-dessous, il ne s'agit pas là d'un roman historique mais un roman de science-fiction ;) :

Alors que la vidéo s'affiche sur le brouillon et non sur le blog, voici le lien src afin de vous permettre de la visionner. Désolée pour cet incident technique indépendant de ma volonté...
Pour qu'elle s'affiche vous pouvez aussi cliquer sur le titre de cet article... chez moi, ça fonctionne.

Oui, aujourd'hui je vous propose de lire :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

dans lequel il nous démontre que le Paradis ne signifie nullement un monde dans lequel nous ne mourons pas... dans lequel nous ne vieillissons pas... et que ce paradis-là est en réalité un ENFER où on ne peut que bafouer toutes les libertés individuelles... même si, au départ, nous sommes remplis de très bonnes intentions...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

28 novembre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : Toute l'histoire de l'Allemagne et du Japon

Ah que coucou !

Nouvelle trop courte pour la proposer au format pdf. Vous pouvez la lire au-dessous de ma signature.

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab


Il y a quelques années, pendant la Seconde Guerre, j’habitais dans un motel, à côté d’une usine d’empaquetage Swift, ce qui est une façon aimable de dire un abattoir.

On y tuait des porcs, heure après heure, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, jusqu’à ce que le printemps fasse place à l’été et l’été à l’automne, et quand on les égorgeait, on entendait une longue plainte aiguë, semblable à un air d’opéra chanté par un broyeur d’ordures.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai pensé que le fait de tuer tous ces porcs n’était pas étranger au fait de gagner la guerre. Sans doute parce que tout le reste aussi y a concouru.

Pendant les deux premières semaines que nous avons passés dans ce motel, cela m’a vraiment perturbé. Tous ces cris étaient difficiles à supporter. Puis je m’y suis habitué, et c’est devenu un bruit parmi d’autres : le chant d’un oiseau dans l’arbre, ou la sirène de midi, ou bien le bruit de la radio ou des camions sur la route, ou encore des voix humaines, ou l’appel pour manger, etc.

Tu iras jouer après dîner.

Quand les porcs ne criaient pas, on entendaient le silence comme si une machine s’était cassée.

26 novembre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Comment un Moujik aima son frère aîné

Ah que coucou !

Tous ceux qui ont un peu étudié l'histoire de France, ont entendu parler, plus ou moins, de ces tirages au sort visant à recruter des paysans/bourgeois pour l'armée (tel se passait le recrutement surtout après la Révolution française)... mais nous, Français, n'avons pas inventé ce système et n'étions pas les seuls à l'utiliser... parmi les utilisateurs se trouvaient l'armée russe (dont nous avons de nombreux témoignages littéraires déjà)... et bien, en voici un autre, à ajouter à vos tablettes : celui du moujik Pétrouchka qui fut tirer au sort pour partir à l'armée (d'où, selon la rumeur, on ne revient pas) et que son frère, Nicolaï, a remplacé (comme cela pouvait se faire à l'époque - en France aussi)...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langues : Français et Russe

Nota :
La VO se trouve à la suite de sa traduction.

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

24 novembre 2017

Guillaume Apollinaire : Ombre

Ah que coucou !

En 1917 pour la conférence "Une Tendance de la poésie contemporaine", donnée par Guillaume Apollinaire nous découvrons, dans le programme, cette poésie :

Vous voilà de nouveau près de moi
Souvenirs de mes compagnons morts à la guerre
L’olive du temps
Souvenirs qui n’en faites plus qu’un
Comme cent fourrures ne font qu’un manteau
Comme ces milliers de blessures ne font qu’un article de journal
Apparence impalpable et sombre qui avez pris
La forme changeante de mon ombre
Un indien à l’affût pendant l’éternité
Ombre vous rampez près de moi
Mais vous ne m’entendez plus
Vous ne connaîtrez plus les poèmes divins que je chante
Tandis que moi je vous entends je vous vois encore
Destinées
Ombre multiple que le soleil vous garde
Vous qui m’aimez assez pour ne jamais me quitter
Et qui dansez au soleil sans faire de poussière
Ombre encore du soleil
Ecriture de ma lumière
Caisson de regrets
Un dieu qui s’humilie
Suivie par cette autre signée par Philippe Soupault :
Correspondance militaire

Echange
des trois voix
autour du rond lumineux

Un bruit de caissons sonne
et d’ordres donnés
et la flamme pulsatille

La servante entre en tapant lentement
Bisous,
@+
Sab

22 novembre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : Poussières

Ah que coucou !

Trop court pour être publié en format pdf, vous trouverez le texte sous ma signature...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab


Je suis habité ce soir par des sentiments pour lesquels il n’y a pas de mots, et des faits qu’il faudrait expliquer en terme de poussières plutôt qu’en paroles.
J’ai examiné des petits bouts de mon enfance. Ce sont des morceaux d’une vie lointaine qui n’ont ni forme, ni sens. Des choses qui se sont produites comme des poussières.

20 novembre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Les Pêches

Ah que coucou !

Pour savoir ce en quoi nos têtes blondes vont pouvoir se destiner, il y a plusieurs moyens, dont celle narrée ici par Tolstoï aidé par des pêches que l'oncle Elphim a cultivées dans ses serres et expédiées à ses neveux...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Si quelqu'un l'a en russe, merci de partager ;) ou alors de nous signaler où elle se cache...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

18 novembre 2017

Dalmancé : Plus on est de fous, moins on rit

Ah que coucou !

Dalmancé, qui est-il ? qui est-elle ? nulle idée... j'ai cherché mais de trop nombreux écrivains de l'époque sont susceptibles de se dissimuler derrière ce pseudo... donc, n'étant pas devin, je laisse en blanc.

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Pourquoi l'auteur a-t-il voulu garder l'anonymat ? A la lecture de ce texte vous allez constater qu'il s'agit de ressentiment suite à la défaite française de 1871... et des événements qui risquent de se produire ensuite... En effet, l'auteur ne semble pas savoir encore si les Prussiens vont annexer la France, l'occuper, ou ??? bref, ce texte a sûrement été conçu au plus tard quelques jours après notre défaite...
En 1871 l'avenir de la France, quel sera-t-il ? Eh bien, c'est ce que tente d'élucider et de deviner ici Dalmancé...
Bon, nous, Français du 21e siècle, connaissons la réponse, enfin, je l'espère parce qu'avec le niveau de culture général de certain, je serais beaucoup moins affirmative ;)... toutefois il est bon de se remémorer ce que nos ancêtres ont pu craindre, attendre, estimer, penser, etc. de cette période... en plus, cette peur de l'inconnu, nous la retrouvons encore aujourd'hui... elle occupe même une grande partie de nos pensées...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

16 novembre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : Caporal

Ah que coucou !

Dans notre enfance, dans notre cursus scolaire, nous avons tous "vendu" quelque chose pour rapporter de l'argent dans la caisse de l'école / collège / lycée...
Dans cette histoire, c'est un peu différent... on ne demande pas aux enfants de vendre quelque chose en échange, souvent d'un calendrier ;)... mais de rapporter quelque chose pour la revendre, certainement... et là, dans ces jours de la Seconde Guerre mondiale où tout le monde manque de tout, on demande aux enfants de rapporter du papier... beaucoup de papier... et, parce qu'ils sont encore petits, on les y encourage en mettant au point des grades (comme dans l'armée) où ceux qui rapporte le plus de papier auront un grade élevé...
Richard Brautigan rêve de devenir Général... et pour cela, il collecte du papier... le plus qu'il peut... il fait même du porte à porte pour récupérer quelques morceaux de papiers chez ses voisins... pourtant... pourtant quoi ? eh bien, il vous reste à lire ces quelques lignes :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

14 novembre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : L'Indien et l'Anglais

Ah que coucou !

Quelle subtilité dans cette vengeance... sans en avoir l'air l'Indien se venge sur l'Anglais avec beaucoup d'intelligence et de psychologie. Plus ? je ne dirai pas ;) sauf que pour ceux qui veulent lire la version de ce texte, vous la trouverez à la suite de sa traduction...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langues : Français et Russe

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

12 novembre 2017

Honoré de Balzac : Aventure administrative d'une idée heureuse

Ah que coucou !

Aujourd'hui je vous présente un Honoré de Balzac tel que nous n'en avons pas l'habitude ;)...

Vous avez l'habitude avec Honoré de Balzac de lire une histoire sérieuse, structurée, qui nous enseigne sur son époque (ses mœurs, ses attentes, son actualité) ? Eh bien... avec celle-ci :

ABANDONNEZ-EN L'IDÉE !

Oui, dans cette nouvelle Honoré de Balzac nous montre un autre visage : celui d'un homme plaisantant, riant, qui sait disjoncter - et pas qu'un peu ;) mdrr ! - et cela sans utiliser le moindre stupéfiant ;)...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Comment faire pour résumer ? ben... bonne question ;) mdrr ! c'est pour cela que je l'ai expédié, il y a quelques mois, à certaines personnes de mon entourage afin de savoir comment elles vont le décrire ;)... (et là, parce que j'élabore ce billet quelques secondes après leur avoir expédié : je n'ai pas encore eu leur retour ;)). Imaginant aisément que ces personnes vont avoir les mêmes difficultés que moi à décrire cette nouvelle, le mieux, est que vous la lisiez vous-même ! et si, ensuite, vous avez une idée de présentation de la dite nouvelle, nous en faire profiter ;).

Bonne rigolade ! (oui, oui, ça arrive parfois avec Balzac ;))

Bonne lecture !
Bisous,
@+
Sab

10 novembre 2017

Richard Brautigan [La Vengeance de la Pelouse] : Un après-midi en 1939

Ah que coucou !

Petit souvenir que Richard Brautigan narre à sa fille de 4 ans en guise d'histoire pour le dodo trop court. Vous le découvrez en dessous de ma signature...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab


Voici une histoire, telle que je la raconte souvent à ma fille qui a quatre ans. Elle y trouve quelque chose, et elle la réclame sans arrêt.

Au moment d’aller se coucher, elle me dit :

- Papa, raconte-moi l’histoire de quand tu étais petit et que tu grimpais dans le rocher.

- D’accord.

Elle se blottit dans les couvertures, comme si c’était des nuages qu’elle pourrait arranger à son gré, et, en suçant son pouce, m’écoute, de ses grands yeux bleus.

- Une fois, quand j’étais petit, que j’avais ton âge, mon père et ma mère m’ont emmené pique-niquer au mont Rainier. On est monté là-haut dans une vieille voiture, et on a vu un daim debout au milieu de la route. Puis on est arrivé à une prairie où il y avait de la neige à l’ombre des arbres, et là où le soleil ne brillait pas. Des fleurs sauvages, très belles, poussaient dans la prairie. Au milieu, il y avait un immense rocher rond. Alors, papa s’est approché du rocher et a vu un trou au milieu et a regardé dedans. Le rocher était creux et ça faisait comme une petite chambre à l’intérieur. Papa s’est faufilé à l’intérieur du rocher et s’y est assis. De là, on voyait le ciel bleu et les fleurs sauvages. Papa aimait beaucoup ce rocher, et tout l’après-midi, il a fait comme si c’était une petite maison et joué dedans. Il a ramassé des cailloux et les a emportés dans le rocher. Les petits cailloux étaient un fourneau et les meubles et un tas d’autres choses ; et il a fait à manger, et les fleurs sauvages servaient de nourriture.

L’histoire finit là.

Elle lève alors vers moi ses yeux bleus et profonds, et m’imagine enfant, jouant à l’intérieur d’un rocher, avec des fleurs sauvages en guise de hamburgers, que je cuis sur un petit caillou en forme de fourneau.

Elle ne se lasse jamais de cette histoire. Elle l’a entendue trente ou quarante fois, et la réclame encore.

C’est très important pour elle.

Je crois que cette histoire est une espèce de porte à la Christophe Colomb qui la mène à la découverte de son père quand il était enfant et qu’il avait son âge.

8 novembre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Le Lion et le Renard

Ah que coucou !

C'est l'histoire d'un vieux lion qui, les années passant, a de plus en plus de mal à chasser pour se nourrir... il décide alors de faire venir ses proies dans sa tanière qui tombent toutes dans le piège du lion... jusqu'au jour où vient le rusé renard... et... la suite ? ben, sachez que la morale de ce conte pourrait être : "on trouve toujours plus malin que soi" ;)...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langues : Français et Russes
Nota : la version originale se trouve à la suite de sa traduction

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

6 novembre 2017

Nicolas-Toussaint Desessarts [La Vie et les Crimes de Robespierre et de ses principaux complices] : Coffinhal

Ah que coucou !

Le problème, avec les livres anciens, c'est que parfois ils sont difficilement numérisables : les pages se dispersent, l'encre s'est étoffée sur le papier ou a totalement disparu suite à des problèmes d'humidité au fil des années, etc. bref, parfois, malgré toute la bonne volonté du monde, nous constatons que certains textes ne deviennent plus que des suites de fragments...
En ce qui concerne cet e-book, le dernier de la série du recueil La Vie et les Crimes de Robespierre et de ses principaux complices ; plusieurs mots ont disparu dans la reliure (refaite), c'est pour cela que je me demandais si cela valait la peine que je vous le poste... ce qui m'a décidé à le faire, c'est que malgré ces "absences" l'ensemble du texte reste lisible et compréhensible - bon, il y a bien quelques mots manquant indiqués par la mention [illisible : mot disparu dans la reliure] mais finalement, ce n'est pas si gênant que ça...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Coffinhal est un juge qui a expédié de nombreux innocents sur l'échafaud... c'est aussi un homme qui se trouve spirituel alors que ses blagues sont archi-nulles et injurieuses envers toutes ses victimes. De ce fait il est haï par tous nos ancêtres, même ceux qu'il estime être de ses amis... c'est d'ailleurs un de ses amis chez qui il est allé chercher de quoi s'enfuir de Paris qui part le dénoncer pour qu'on puisse l'arrêter :)... et c'est sous les moqueries et les quolibets de la foule qu'il monte sur l'échafaud...

Bonne lecture !
Ce que nous avons appris de cette série ?
D'abord que pour faire disparaître un tyran de la surface de la terre, il faut savoir être patient pour attendre que les "disciples" du dit-tyran, apeurés parce qu'ils sont condamnés à mort par leur ancien dieu, se révoltent ENFIN (problème : c'est que maintenant les tyrans ayant retenu les leçons de l'histoire, évite de menacer de mort leurs complices) ! car si cette révolte n'était pas venu des anciens complices de Robespierre, elle aurait été balayée dans un bain de sang et Robespierre, devenant plus sanguinaire, aurait durci cette terreur et serait parvenu à supprimer toute la population française qui était âgée de plus de 15 ans en 1789, afin de pouvoir régner tel un despote sur une jeunesse inexpérimentée et n'ayant plus personne pour leur enseigner ce qu'ont appris les siècles passés à notre civilisation...
Ensuite, qu'il faut à nouveau conspirer pour se débarrasser des nouveaux maîtres...
Bref, en d'autre terme, il faut mieux éviter de donner les rênes de la France à un autre Robespierre ;) !! ça évite de nombreux morts innocentes, des casse-têtes pour élaborer une stratégie pour supprimer un tel personnage et ses sbires, et une série de violence pour ensuite, se débarrasser des anciens alliés du tyran qui auront profité des troubles pour prendre le pouvoir de notre pays...

Bisous,
@+
Sab

4 novembre 2017

P.-L. Jacob : L'Homme au Masque de Fer

Ah que coucou !

Moi aussi, avant d'ouvrir ce livre, P.L. Jacob, je ne connaissais pas et n'en avais jamais entendu parler... dommage car il donne l'impression de vouloir aller au fond des choses afin de connaître au mieux son sujet... et là, son sujet, c'est le Masque de Fer... et comme nombreux de ses concitoyens, il cherche à savoir qui était l'Homme au Masque de Fer... il a donc décidé de fouillé dans différentes archives, dans différentes bibliothèques, afin de découvrir le plus de documents possibles. Et ce qu'il a trouvé, c'est quelque chose d'assez étrange : les histoires que l'on raconte et qui sont arrivées au Masque de Fer, sont attribués, en très grande majorité, au surintendant disgracié de Louis XIV, à savoir :

Nicolas Fouquet !

Mais cela veut-il forcément dire que l'Homme au Masque de Fer = Nicolas Fouquet ? et si vous lisiez cet ouvrage par vous-même pour vous faire votre propre opinion ? Hein ?

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français du XVIIIe et XIXe siècle...

Alors ? Fouquet ? Masque de Fer ou pas ?

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

2 novembre 2017

Théophile Viau : Apologie au Roy

Ah que coucou !

Théophile Viau est un écrivain français du début du 17e siècle qui a été condamné à mort pour ses mœurs... Dans cette apologie au Roy il explique qu'il est victime des fanatiques religieux qui ne cessent d'inventer des crimes nouveaux dont il serait l'auteur afin que le roi, lui-même, l'abandonne et ne le protège plus...

Qui ment ? Qui dit la vérité ? Le roi a tranché et...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français du 17e siècle

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

31 octobre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : Avril de merde

Ah que coucou !

Texte trop court. Vous le trouverez sous ma signature...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab



Ce début d’avril de bordel de merde s’annonce avec un message d’une jeune dame sur la porte d’entrée. Je lis les message en me demandant ce qui peut bien se passer.
Je suis trop vieux pour ce genre de truc. Je ne peux pas tout faire à la fois. Donc je vais aller récupérer ma fille et faire de mon mieux de côté-là ; c’est-à-dire l’emmener jouer dans le parc ;
Je n’ai vraiment pas envie de me lever de mon lit, mais il faut que j’aille aux toilettes. En revenant, je vois quelque chose, un message ou quelque chose comme cela, collé sur la vitre de la porte d’entrée. Cela fait une ombre sur la vitre.
Et puis tant pis. Que quelqu’un d’autre se démerde avec ces trucs compliqués de début d’avril. Moi, je suis allé aux toilettes, c’est déjà pas mal. Je retourne me coucher.
Je rêve que quelqu’un que je n’aime pas promène mon chien. Le rêve dure des heures. La personne chante une chanson au chien, mais je ne distingue pas ce que c’est ; il me faut tendre l’oreille, et encore ! je n’y comprends toujours rien.
Je me réveille avec le moral à plat. Qu’est-ce que je vais faire du reste de ma vie ? J’ai vingt-neuf ans. Je décolle le message de la porte et retourne me coucher.
Je le lis, la tête sous le drap. Je n’y vois pas très clair, mais c’est toujours mieux que tout ce qui a pu m’arriver aujourd’hui. C’est un petit mot d’une nana. Elle est passée très discrètement ce matin et a laissé le mot sur la porte.
C’est pour s’excuser d’avoir fait toute une scène l’autre nuit. C’est en forme de devinette. Je n’y comprends rien. De toute façon, je n’ai jamais aimé les devinettes. Qu’elle aille se faire foutre !
Je vais chercher ma fille et l’emmener jouer au jardin public de Portsmouth Square. Je l’observe depuis maintenant une heure. En m’interrompant de temps en temps pour écrire ça.
Je me demande s’il arrivera un jour à ma fille par un début d’avril de bordel de merde, de laisser un message sur la porte d’un homme, et qu’il lira au lit, la tête sous le drap, avant d’emmener sa fille au parc et de lever les yeux, comme je viens de le faire, pour la voir jouer dans le sable avec un seau bleu.

29 octobre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : L'Habit neuf du Tsar

Ah que coucou !

Voici un petit conte qui va vous faire rire aux éclats, alors, si vous le lisez dans votre lit, pensez à ne réveiller personne ;)... merci de leur part.
C'est le style d'histoire où un imbécile dit une ânerie qui est crue et répétée par des pseudo intelligents qui y croient dur comme fer... de ce genre, nous en avons eu il n'y a pas longtemps encore... rappelez-vous, quand des imbéciles prétendaient que la pollution parisienne provenait des mines de charbon de la Ruhr et que cela était répété dans tous les journaux, mdrrr !!! ou, la meilleure, suite à l'explosion de Tchernobyl : "le nuage radio-actif ne traversera pas la France" (celle-là mérite la médaille d'or des âneries crues par des pseudo-intelligents car il était facile d'en montrer la stupidité de l'affirmation)...
Et bien dans celle-ci il s'agit d'une histoire de manteau que seul les sots ne peuvent pas voir, et que le tsar achète à 2 tailleurs une petite fortune... et... comme lui-même ne le voit pas... alors... alors quoi ? ben, si vous lisiez ce conte dont la version originale se trouve après sa traduction :


accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langues : Français et Russe

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

27 octobre 2017

Nicolas-Toussaint Desessarts [La Vie et les Crimes de Robespierre et de ses principaux complices] : Fleuriot-Lescot

Ah que coucou !

Lui, ne tenait pas un rôle principal : il n'était que le maire de Paris nommé là par Robespierre... son rôle : soutenir Robespierre localement. Toutefois, de par sa position politique, il était bien placé pour espionner ses co-disciples pour le compte de son maître, qui, d'un mot, pouvait attirer sur lui les foudres de la population (même si elle ne soutenait pas Robespierre). Ce mot, quel était-il ? "Autrichien" ! Oui, Fleuriot-Lescot était Autrichien, par sa naissance... et dans la France en guerre contre l'Autriche, je vous laisse imaginer son sort si la population l'avait appris à ce moment-là... d'ailleurs il tremblait que cela ne s'ébruite...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

25 octobre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Il vaut mieux montrer l’exemple que commander

Ah que coucou !

Concernant ce court conte, je n'en ai pas la traduction... (ben... je ne peux pas tout avoir aussi ;)), je fais donc appel au peuple en remerciant, par avance, la personne qui fournira la version originale du conte suivant :


dont voici, en dessous ma signature, la traduction française...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

Un vieux moine demandait à l’archevêque s’il devait commander à ses frères qui vivaient avec lui dans la communauté.

- Non, répondit l’archevêque Pimen ; non, prêche par l’exemple, ils verront et ils obéiront d’eux-mêmes.

- Mais eux-mêmes désirent qu’à titre de doyen, je les commande.

- Je ne te le conseille pas, reprit l’archevêque ; sois pour eux l’exemple, et non le dictateur ; tout ira bien, tout sera ponctuellement exécuté ; et, malgré tous les obstacles, personne ne se plaindra.

23 octobre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : Il y a longtemps, des gens décidèrent de vivre en Amérique

Ah que coucou !

Attention, ne pas prendre le titre au pied de la lettre ;)... Richard Brautigan ne parle nullement ici de l'arrivée des premiers hommes sur le continent américain, mais de ceux, ses contemporains, qui ont décidé de vivre en Amérique hors de la "mode"/"norme"...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

21 octobre 2017

Prosper Jolyot de Crébillon : Idoménée

Ah que coucou !

Comme annoncé dans l'article Auguste Vitu : J. de Crébillon - Sa vie et ses ouvrages (cliquez ici pour vous le remettre en mémoire), je vous propose aujourd'hui la pièce de théâtre suivante :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

et nous voilà transporter en pleine antiquité grecque, dans le royaume de Crète dirigé par Idoménée. Au moment où nous arrivons, Idoménée vient de rentrer de guerre (il fait partie des vainqueurs de Troie) et découvre à son arrivée un complot mené par celui à qui il avait confié son royaume durant toute ces années... ce complot est rapidement balayé avec la mort de Mérion (le comploteur), le père d'Erixène...
Idamante, son fils, lui aussi, a grandi et est devenu un homme... un homme amoureux... hélas ! il est amoureux d'Erixène... tout comme son père...
Quant à Erixène, elle, elle ne supporte pas l'assassinat de son père et ne rêve que de vengeance...
Bref, voici une ambiance que nous pourrions qualifier "d'explosive" si la poudre avait été découverte en Europe, à ce moment-là...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

19 octobre 2017

Nicolas-Toussaint Desessarts [La Vie et les Crimes de Robespierre et de ses principaux complices] : Dumas

Ah que coucou !

Nous avons vu qui se chargeait de nommer et de faire exécuter les sentences des tribunaux révolutionnaires, et bien voici celui qui en organisait le fonctionnement :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

C'était un des complices de Robespierre le plus haï par tous nos ancêtres...

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

17 octobre 2017

Tolstoï [Contes et Fables] : Le Loup et l'Ecureuil

Ah que coucou !

Hier j'avais la version original de ce texte sous les yeux et, parce que je pensais qu'il serait facile à retrouver : j'ai totalement zappé le fait que le titre est différent :O... et je n'ai donc pas noté le volume et la page où retrouver la fable suivante, ainsi que son titre en russe dans lequel il n'y a ni le mot "loup" ni le mot "écureuil" (vous comprenez la difficulté pour relier les 2 versions ???) :


Bon, quand je le retrouverai je supprimerai le texte se trouvant sous ma signature pour vous le proposer avec la V.O. en téléchargement...

Bisous,
@+
Sab

L’écureuil sautant d’une branche à l’autre tomba un jour sur un loup endormi.
Le loup le saisit et voulut le dévorer.
L’écureuil le supplia de l’épargner.
- C’est bien, dit le loup, je t’épargnerai, mais à la condition que tu me diras pourquoi vous êtes, vous, écureuils, toujours si gais. Moi, je m’ennuie toujours, tandis que vous, je vous vois jouer et sautiller sans cesse.
L’écureuil répondit :
- J’ai peur de toi, je n’ose parler ; laisse-moi sauter sur la branche, et je te le dirai.
Le loup le lâcha.
L’écureuil sauta sur l’arbre, et, de là, lui dit :
- Tu t’ennuies toujours, parce que tu es méchant, la cruauté te dessèche le cœur. Nous, nous sommes gais parce que nous sommes bons, et que nous ne faisons de mal à personne.

15 octobre 2017

Richard Brautigan [Vengeance de la Pelouse] : Brève histoire de la religion en Californie

Ah que coucou !

Alors que la petite famille campe, la fille de Richard Brautigan, alors âgée de 3 ans, aperçoit des daims, et, comme toujours avec les petits de cet âge-là, elle veut s'en approcher, certainement pour les caresser - on ne le saura jamais, Richard Brautigan l'ayant rattrapée et éloignée des daims ;)... A côté de leur tente se sont installé une vingtaine de chrétiens qui, en autre, chantent... le lendemain de l'aventure avec les daims, une des femmes s'approche de la petite fille et lui propose une part de gâteau et de se rapprocher d'eux pour les entendre chanter...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab